Mathieu DHORDAIN | Parlons Appart 2 : c’est le moment d’acheter ? ou pas ?
153
single,single-post,postid-153,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.1.2,vc_responsive

Parlons Appart 2 : c’est le moment d’acheter ? ou pas ?

14 Oct Parlons Appart 2 : c’est le moment d’acheter ? ou pas ?

Suite de la thématique "J'achète un appart"... Thème du jour : c'est le moment d'acheter ou pas ? (variantes possible : "Ma concierge a prédit un crack immobilier dans les six mois" ou "j'ai entendu dans l'ascenseur que les prix allaient flamber...")

Tout le monde à une idée sur la question. Surtout, les personnes dont ce n'est pas le métier ! Cela n’empêche pas d’avoir une approche rationnelle. Nombreux sont les acteurs du secteur à publier études et recommandations. Une brève recherche dans Google News permet de trouver les derniers avis.

Le constat : la hausse des prix ralentie significativement

La Fnaim (Fédération nationale de l'immobilier - les agences immoblières) indique ainsi que dans l'ancien, le prix des appartements a fléchi de 1,7% en trois mois, les maisons demeurant stables (stats arrêtées fin septembre). Si cette tendance se confirmait, l'année 2007 s'achèverait sur une hausse proche de 5%, contre plus de 7% en 2006 et plus de 10% en 2005. A nuancer par les disparités géographiques dûe aux investissements étrangers (la baisse est plus marquée dans le nord que dans le sud, en banlieue parisienne qu'à Paris intra-muros).

Point de vue partagé par la Chambre des notaires d'Ile-de-France. "Le marché immobilier francilien au 2e trimestre 2007 se caractérise par une progression ralentie des prix et un léger tassement d'activité" (voir étude). A noter que les notaires se réfèrent aux transactions signées, d'où un décalage dans les statistiques fournies.

Les prévisions optimistes : entre -5% et +5% en 2008

Où s'arrêtera cette décélération ? Personne ne sait. Selon Philippe Fontaine, Pdg du site Pro-A-Part interrogé par Le Figaro : "Pour moi, le scénario le plus probable, c’est une évolution des prix compris entre -5% et +5% pour l’année 2008. Une forte hausse est à mon avis exclue. Par contre, une forte baisse est possible en cas de crise extérieure".

Plus précis, le BIPE prévoit une baisse de 3% des prix en 2003. D’après le cabinet d’études et le courtier en crédit immobilier, les raisons de la baisse prévue s’expliqueraient par la première vague de revente des investissements réalisés sous le régime fiscale Périssol, la hausse des stocks dans le neuf, la hausse des taux d’intérêts, la limite des durées de prêts et par la légère amélioration des marges des établissements prêteurs.

Plus pessimiste, Xerfi prévoit une baisse de 18% sur les trois prochaines années.

La décélération qui anticipe une baisse significative ? C'est le scénario avancé par le cabinet Precepta du groupe d'analyses économiques Xerfi : "Toutes les conditions paraissent réunies pour un ajustement fortement baissier du marché immobilier pour les trois années à venir". Cette analyse contredit "l'atterrissage en douceur" prévu par la Fnaim. Selon Alexandre Mirlicourtois de Precepta, "historiquement, les atterrissages en douceur des marchés de l’immobilier, comme le pronostique la Fnaim, ne se produisent quasiment jamais".

Un scénario remporte l'unanimité : pas de hausse prévue à court terme. Pour la baisse, il faudra probablement attendre les statistiques du dernier trimestre pour se faire une idée...

Prochain épisode : j'ai trouvé l'appart de mes rêves... je fais quoi maintenant ?!

1Comment

Post A Comment